Zéro émission & verdure fonctionnelle

Zéro émission & verdure fonctionnelle

daktuin2

L’importance que Uplace accorde à la question écologique est encore un fait sous-exposé. L’équipe de Uplace s’efforce de faire de Uplace un projet à zéro émission. Nous ne reculerons devant aucune dépense ni aucun effort pour atteindre cet objectif.

  • Un bassin d’eau de pas moins de 6 600 m³ (soit la capacité de 12 piscines) capte l’eau de pluie et nous permet de couvrir 50 % de notre besoin total en eau. (± 25 millions de litres par an)
  • Les toitures vertes ajoutent à l’environnement urbain 6 000 m² (la superficie moyenne d’un terrain de football) de nature accessible au public.
  • Un système de tri et de recyclage avancé permet de diminuer de 30 % la production de déchets .
  • Le transport est assuré dans la mesure du possible par le rail et les voies navigables
  • Énergie :
    • Les pompes à chaleur et les techniques de pointe réduisent au minimum les émissions de CO2.
    • L’utilisation maximale de lumière naturelle, l’éclairage aux LED et la détection de mouvement limitent les besoins énergétiques et permettent une ‘économie annuelle de pas moins de 2,4 millions de kWh, soit l’équivalent de la consommation moyenne de 685 familles.

Uplace contribue en outre au désenclavement efficace de Machelen, qui n’en sera que plus aisément accessible en voiture, mais aussi par les transports en commun. Il coule de source que le projet vise l’amélioration de  la viabilité du site. Dans ce contexte, les « particules fines » figurent également dans la liste des points d’attention. Les études de ces dernières années ont démontré qu’une végétation « fonctionnelle » bien choisie pouvait avoir un impact extrêmement positif sur cette problématique.

La verdure fonctionnelle, une arme dans la lutte pour la qualité de l’air

Experte en verdure fonctionnelle, Elma Schoenmakers explique : « L’impact de la circulation sur l’environnement est certes un sujet important, mais l’aménagement de cet espace peut déjà en limiter considérablement l’incidence. À cet effet, la technique de la verdure fonctionnelle (déjà appliquée en Belgique, à Anvers et à Gand) constitue un point d’appui de prime importance. (www.functioneelgroen.nl). Un écran de verdure très dense retient pour ainsi dire l’air pollué et crée ainsi une aire protégée derrière lui. À lui seul, un arbre urbain de relativement petite taille (au tronc de 30 cm de diamètre) peut intercepter  l’équivalent en particules fines de 3 000 kilomètres parcourus en voiture par an. Les arbustes et même les plantes couvre-sol contribuent aussi à neutraliser les gaz d’échappement, l’usure des pneus et les particules routières. L’endroit de la plantation joue ici un rôle essentiel. Les toitures et façades vertes constituent parfois la meilleure option parce qu’elles filtrent tout en laissant libre jeu au vent. Chaque type de verdure a par ailleurs ses propres capacités. Le bon arbre au bon endroit procure un effet optimal. L’alarmisme actuel n’est certainement pas le bon moyen d’accompagner les projets de construction. Il convient d’anticiper, d’utiliser au maximum les technologies vertes et de créer des endroits agréables. Telle est notre mission. »